Apprentissage et sommeil

L’importance du sommeil.

Claude Gronfier est un chronobiologiste, il étudie le sommeil à l’inserm, il explique dans cette petite vidéo les effets néfastes du manque de sommeil.


Le sommeil a un effet positif sur l’ensemble de notre organisme y compris nos fonctions psychiques. C’est un facteur essentiel de récupération de nos activités intellectuelles, c’est-à-dire l’attention, la mémoire, le raisonnement et la logique.

La qualité de la mémorisation, la fixation durable des souvenirs et des apprentissages, la résolution de problèmes et l’adaptation aux expériences émotionnelles quotidiennes se font principalement au cours du sommeil paradoxal.

Le manque répété de sommeil peut avoir des conséquences néfastes chez les enfants (et chez tout le monde) : prise de poids, infections virales, dépression, mal de tête, baisse de motivation, difficultés d’apprentissage, décrochage scolaire, …., (la somnolence au volant, première cause d’accident sur autoroute).

Les besoins de sommeil diffèrent d’une personne à l’autre et d’un âge à l’autre. En moyenne, un adulte dort entre 7 et 8 heures par nuit mais il existe des « courts dormeurs » et des « longs dormeurs ».

Pour faciliter l’endormissement, rien de mieux que des horaires réguliers. Ainsi, notre corps anticipe et programme plus facilement les mécanismes qui vont nous permettre de nous  endormir. Respecter cette habitude pour le lever est encore plus important que pour le coucher car c’est à ce moment-là que nous sommes exposés à la lumière et donc que nous apportons à notre corps le signal de remise à l’heure qui lui est nécessaire pour synchroniser notre horloge interne.

Le sommeil est composé de cycles au cours desquels se succèdent sommeil léger, sommeil profond et sommeil paradoxal (période d’activité cérébrale intense pendant laquelle nous rêvons) dans une proportion qui change au fil de la nuit.

En début de nuit et jusqu’à 3-4 h du matin, le sommeil profond est plus abondant. En revanche, la seconde partie de la nuit jusqu’au réveil est plus riche en sommeil léger et en sommeil paradoxal.

Comme le sommeil profond est très récupérateur, c’est la première partie du sommeil qui compte « double », donc les heures avant minuit.

Le soir, pour nous endormir, nous avons besoin de calme et de détente pour « oublier » ce qui nous préoccupe au cours de la journée. L’ordinateur et les activités sur Internet sont au contraire très stimulantes : recherche sur la toile, contacts avec des amis, vrais ou virtuels, jeux, etc. De plus, l’action directe de la lumière délivrée par l’écran de l’ordinateur stimule les voies visuelles et agit sur notre horloge interne en la retardant.
Un bon livre ou une revue, de la musique douce permettent par contre de couper avec les activités de la journée sans provoquer d’hyperstimulation.

Guide pour bien dormir

 

Ce contenu a été publié dans Apprentissage, Méthode, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire